Avertir le modérateur

02/06/2018

poules en cage

 

En France, 69 % des poules sont maintenues à vie dans des cages.

Les œufs issus d'élevage en batterie sont numérotés "3FR" sur la coquille et sur leur emballage.

Dans les bâtiments de ponte

De l'extérieur, il est difficile de se rendre compte de la fonction des bâtiments, seuls les silos laissent deviner qu'il y a des animaux à l'intérieur. Les fenêtres sont inexistantes. Ils sont immenses et contiennent des dizaines de milliers de poules pondeuses par bâtiment.

A l'intérieur, les cages sont entassées sur des rangées de plusieurs dizaines de mètres de long et une dizaine de mètres de haut.

Il y a des passerelles et des échelles pour monter voir les cages du haut. Tout est automatisé : le programme de lumière, les avancées des tapis de fientes, la distribution d’eau et de nourriture.

Dans chaque cage, 15 à 60 poules doivent vivre ensemble dans un espace si restreint qu'il y est difficile d'étendre les ailes et de se déplacer sans déranger les autres. Le sol est grillagé et occasionne des lésions aux pattes.

Les poules développent souvent des anomalies du comportement : mouvements stéréotypés prolongés, agressivité (voire cannibalisme) envers leurs congénères. Leurs os sont très fragiles à cause du manque de lumière et du manque d'exercice.

Après un an passé à pondre, c'est l'abattoir...

Source :https://www.l214.com/elevage-intensif-poules-pondeuses


 

Alors, malgré la promesse du président MACRON lors de sa campagne électorale ( en 2022, les oeufs de poules en batterie seront interdits à la vente au consommateur ), les députés LREM viennent de baisser culottes lors du vote de l'amendement de Mme PANOT députée La France Insoumise qui proposait l'interdiction des poules en batterie.

En effet, lors du vote, on peut juste constater qu'il n'y avait que 66 votants sur 577 députés élus, une honte !!!!!

Et les 45 députés LREM présents ont voté à 93% contre l'amendement....la vieille France de la FNSEA n'est pas morte....

On peut noter :

que la totalité des députés de La Nouvelle Gauche ( benoit HAMON ) n'étaient pas présents ( 30 élus )

que Delphine BATHO, qui va bientôt prendre la tête de Génération Ecologie, a voté contre 

que Cédric VILLANI qui vient annoncer sur un plateau de TV qu'il votera pour l'amendement qui instaure l'interdiction des poules en cage...a trouvé autre chose à faire qu'être présent à l'assemblée.

VIDÉO – « Il se trouve que j’ai des poules » : Cédric Villani s’engage contre la souffrance animale et l’élevage en cages – LCI

On peut aussi rajouter que la vidéo obligatoire dans les abattoirs est passée à la trappe, sans parler de l'utilisation du glyphosate, de l'interdiction de la castration à vif des porcelets et du broyage des poussins. même l'interdiction de l'épandage de pesticides près des lieux d'habitation a été écartée. 

Quand je pense à Macron qui donne des leçons dans le monde entier sur l'érosion catastrophique de la biodiversité...quelle honte !!!!

Et que dire de HULOT, la caution écologique de ce gouvernement, un guignol de service !!!!

Ca doit bien payé le reniement ...

 

Site qui répertorie la liste des députés qui ont pris part au vote :

https://www.politique-animaux.fr/elevage/ces-deputes-ont-v...

21:14 Publié dans scandale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poule batterie

11/04/2013

CES PRECIEUX POLLINISATEURS QUE L'ON ERADIQUE

GP01J0U-588x400.jpg

 

Les abeilles domestiques ou mellifères et les abeilles sauvages exercent un rôle majeur dans la production de notre nourriture. D’autres insectes tels que les papillons et les mouches font aussi un précieux travail de pollinisation.

Sans eux, les hommes et de nombreuses espèces animales seraient privés d’une partie des aliments constitutifs de leur régime de base.La production mondiale de nourriture dépend à 35% des insectes pollinisateurs.Sur les 100 espèces végétales qui fournissent 90% de la nourriture dans le monde, 71 dépendent des abeilles pour leur pollinisation. 4000 variétés de légumes cultivés en Europe n’existeraient pas sans le travail assidu des abeilles.

Depuis quelques années, on observe dans le monde entier un déclin massif des abeilles

Les principales raisons du déclin des abeilles sont multiples : des parasites et maladies comme l’acarien Varroa ou le champignon Nosema ceranae, la disparition des biotopes, les dommages liés aux insecticides et de manière générale, une diminution des résistances immunitaires.

Un focus particulier doit être fait sur les pesticides

Greenpeace publie aujourd’hui un rapport intitulé "Le déclin des abeilles"

Le déclin des abeilles qui propose une analyse des facteurs mettant en péril les pollinisateurs et l’agriculture en Europe.

Les pesticides employés principalement dans l’agriculture mais aussi dans les jardins et les parcs affectent les abeilles.

Les fabricants eux-mêmes ne nient pas qu’un contact direct avec ces produits est extrêmement toxique pour les abeilles. Même exposées à de faibles doses mais de manière constante, les effets sont ravageurs. C’est-à-dire que les abeilles sont non seulement affectées lorsqu’elles sont exposées régulièrement à de faibles doses de pesticides, mais aussi lorsqu’elles sont en contact avec leurs résidus dans le nectar, le pollen et l’eau des plantes de cultures et autres végétaux.

Les pesticides dits systémiques sont particulièrement dangereux pour les abeilles, car ils ne sont pas seulement pulvérisés sur les végétaux mais pénètrent dans toute la plante. En font partie les insecticides de la classe des néonicotinoïdes utilisés depuis le milieu des années 90 en traitement prophylactique sur les semences ou les sols ou pulvérisés directement sur les cultures. Les néonicotinoïdes sont cent fois plus toxiques que d’autres insecticides. Un seul grain de maïs enduit de 0,5 mg de clothianidine peut tuer 80 000 abeilles.

Greenpeace révèle dans ce rapport les sept pesticides tueurs d’abeilles qui devraient être interdits en priorité en Europe en raison de leur extrême toxicité pour les abeilles. Il s’agit de l’imidaclopride, du thiaméthoxame, de la clothianidine, du fipronil, du chlorpyriphos, de la cyperméthrine et la deltaméthrine.

Il faut agir : dès maintenant et sur le long terme !

Les abeilles sont beaucoup trop précieuses pour que les responsables politiques continuent à rester passifs face à leur déclin spectaculaire. Des mesures doivent être prises !

Dabord, l’Union européenne doit agir immédiatement afin d’interdire durablement l’ensemble des pesticides les plus destructeurs pour les abeilles. 

L’interdiction des pesticides chimiques doit devenir la norme. Contrairement à l’agriculture conventionnelle, l’agriculture écologique n’utilise aucun insecticide chimique. L’élimination des mauvaises herbes se fait mécaniquement, la biodiversité est la norme. L’agriculture écologique utilise la diversification des cultures comme un outil pour combattre les dégâts des insectes nuisibles dans les champs.

Il est également nécessaire de mettre en œuvre des mesures de promotion de la biodiversité sur les terres agricoles et de protection et de restauration des écosystèmes pour préserver l’environnement dont les abeilles et autres pollinisateur ont besoin pour vivre. En font partie: les haies, les jachères florales et les réseaux de biotopes.

Les jardins et parcs naturels où poussent des espèces indigènes sont d’autres atouts. Il faut aussi renoncer aux pesticides chimiques dans ces espaces et favoriser une large biodiversité.


Source: http://greenpeace.fr

 

 

 

18:32 Publié dans scandale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : greenpeace, abeilles

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu